Samedi 26 juin 2010 6 26 /06 /Juin /2010 00:01

Du feu de Dieu !

 

Homélie du 13° Dimanche du temps ordinaire / Année C

27/06/2010.

 


« Ça marche du feu de Dieu ! »...

Qui n'a pas entendu ou utilisé cette expression enthousiaste qui salue le succès de l'action entreprise ?

Il vient de la Bible, ce « feu de Dieu » si prometteur. Mais l'évangile d'aujourd'hui semble prendre ses distances avec une démonstration de force de cette nature.

« - Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire ?

- Mais Jésus se retourna et les interpella vivement. »

Pourquoi Jésus réagit-il ainsi, au lieu justement de montrer sa puissance, et de confondre radicalement ses adversaires ?

 

Reprenons l'histoire de cette expression : « le feu de Dieu », dans la Bible.

 

* Quand il tombe du ciel, le feu fait immanquablement penser à la foudre. Ce phénomène naturel a si fortement impressionné les civilisations traditionnelles qu'elles voyaient dans la foudre l'intervention de Dieu sur terre, avec terreur et tremblement.

Comme toute manifestation du sacré, cette théophanie est ambivalente, et peut signifier soit l'agrément par Dieu d'une demande de l'homme, soit au contraire la punition divine qui s'exerce en direct contre l’homme.

 

* Le premier sens, positif, du « feu de Dieu » se retrouve par exemple avec David. Il vient de recenser son peuple, et Dieu lui reproche ce péché d'orgueil (compter sur ses propres forces plus que compter sur Dieu seul). Dieu veut frapper le peuple de la peste en punition de cet orgueil. Mais David intercède, et pour cela construit un autel en offrant à Yahvé des holocaustes très chers pour lui demander d'épargner son peuple. « Alors Yahvé fit tomber le feu du ciel sur les holocaustes des sacrifices de David » (1Ch 21, 26). Et à partir de là, Dieu renonce à son châtiment.

Le « feu de Dieu »  est ici le signe de la miséricorde divine qui, à la prière humaine, accepte de détourner sa colère.

 

L'épisode se reproduit avec Salomon, pour que Dieu accepte d'habiter le Temple de Jérusalem. Après la consécration du Temple, Salomon prie, et le feu tombe du ciel pour agréer son offrande et faire du Temple un lieu de prière pour toutes les nations (2Ch 7,1).

Ces deux épisodes sont rappelés en 2Ma 2,10.

 

Le feu de Dieu qui tombe du ciel peut donc marquer l'agrément positif d'un Dieu qui accepte l'offrande humaine et s'engage à nouveau en alliance avec lui. L’expression en français vient sans doute de là.


 

 

* Le deuxième usage du « feu de Dieu » est nettement plus négatif, et plus courant dans la Bible. C'est le signe de la colère et de la punition divine.

C'est à cela que pense Luc dans notre évangile ; et encore plus loin, en 17,29, lorsqu’il rappelle que « Dieu fit pleuvoir du ciel du feu et du soufre sur Sodome », et qu'il en sera de même au jour du fils de l’Homme.

 

Le pauvre Job subit cette épreuve : « le feu de Dieu est tombé du ciel ; il a brûlé tes brebis et tes bergers » (Job 1,16). Le feu du ciel est ici synonyme du malheur innocent et injuste. C'est précisément parce qu'il est profondément injuste que Jésus condamne cet usage de la force divine, et oblige ses disciples rester non-violents.

 

Le prophète Élie a lui aussi utilisé cette arme redoutable : pour battre les prophètes de Baal au mont Carmel dans leur concours d'holocaustes qui devaient s'enflammer (1R 18,38), pour faire dévorer ses ennemis qui consultaient d'autres dieux (2R 1,10 ; cf. Si 48,3).

Redoutable instrumentalisation de la puissance divine !

Élie apprendra à ses dépens, grâce à l’humble veuve de Sarepta, que forcer la main de Dieu pour une démonstration de violence ne convient pas du tout au Dieu d'Israël…

 

Jésus dénonce avec force le coup de force.

Jésus refuse vivement cette instrumentalisation de la puissance. Il sait qu'elle peut être malsaine, à l'image de la Bête de l'Apocalypse (la fameuse, dont le chiffre est 666), qui accomplit le prodige de faire descendre le feu du ciel sur la terre pour amener les hommes à l'adorer (Ap 13,13). L'instrumentalisation de cette violence se retournera contre le violent : l'immense armée de Satan sera dévorée par le feu descendu du ciel (Ap 20,9)

 

* On le voit : la tentation est grande, la tentation est constante d'utiliser le feu du ciel pour éliminer ceux qui ne pensent pas comme nous. 

 

Du Hezbollah au Mossad, des fanatiques religieux à la nomenklatura stalinienne, beaucoup voudraient forcer le feu du ciel à tomber sur leurs ennemis pour les détruire.

 

Plus proche de nous, chacun n'est-il pas tenté d'utiliser la violence pour montrer qu'il a raison ? d'utiliser la prière pour servir ses intérêts, contre les gêneurs ? d'instrumentaliser Dieu pour le forcer à prendre parti dans nos querelles ? de se servir de sa puissance au lieu de servir sa volonté ?

 

En interpellant vivement Jacques et Jean qui réclament « le feu de Dieu » sur leurs ennemis, Jésus conteste radicalement cette instrumentalisation du Nom de Dieu hélas si courante aujourd'hui. Il les initie en même temps à l'amour des ennemis, clé de voûte du christianisme, qui est à rebours de cette volonté de puissance sur l'autre.

 

N’utilisez pas votre foi pour vous imposer avec violence !

Renoncez à instrumentaliser Dieu dans vos conflits politiques, économiques, familiaux, professionnels... Laissez Dieu être Dieu !

Renoncez à la violence pour convaincre.

Prenez plutôt avec courage votre chemin vers votre Jérusalem.

N'ayez pas d'autres rêves de puissance que d'être sans pierre où reposer la tête, libres de toute obligation sociale - même de deuil -, sans regarder en arrière...

 

 

 

 

1ère lecture : Élisée abandonne tout pour suivre Élie (1R 19, 16b.19-21)

 

Lecture du premier livre des Rois

Le Seigneur avait dit au prophète Élie : « Tu consacreras Élisée, fils de Shafate, comme profète pour te succéder. » 
Élie s'en alla. Il trouva Élisée, fils de Shafate, en train de labourer. Il avait à labourer douze arpents, et il en était au douzième. Élie passa près de lui et jeta vers lui son manteau.
Alors Élisée quitta ses boeufs, courut derrière Élie, et lui dit : « Laisse-moi embrasser mon père et ma mère, puis je te suivrai. » Élie répondit : «Va-t'en, retourne là-bas ! Je n'ai rien fait. »
Alors Élisée s'en retourna ; mais il prit la paire de boeufs pour les immoler, les fit cuire avec le bois de l'attelage, et les donna à manger aux gens. Puis il se leva, partit à la suite d'Élie et se mit à son service.

 

Psaume : Ps 15, 1.2a.5, 7-8, 9-10, 2b-11

 

R/ Dieu, mon bonheur et ma joie !

Garde-moi, mon Dieu : j'ai fait  de toi mon refuge.
J'ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort. »

Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon cœur m'avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.

Mon cœur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m'abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

Je n'ai pas d'autre bonheur que toi.
Tu m'apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
À ta droite, éternité de délices !

 

2ème lecture : L'Esprit s'oppose à la chair et nous rend libres (Ga 5, 1.13-18)

 

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Galates

Frères, 
si le Christ nous a libérés,
c'est pour que nous soyons vraiment libres. Alors tenez bon, et ne reprenez pas les chaînes de votre ancien esclavage.
Vous avez été appelés à la liberté. Mais que cette liberté ne soit pas un prétexte pour satisfaire votre égoïsme ; au contraire, mettez-vous, par amour, au service les uns des autres.
Car toute la Loi atteint sa perfection dans un seul commandement, et le voici :Tu aimeras ton prochain comme toi-même. 
Si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde : vous allez vous détruire les uns les autres.
Je vous le dis : vivez sous la conduite de l'Esprit de Dieu ; alors vous n'obéirez pas aux tendances égoïstes de la chair.
Car les tendances de la chair s'opposent à l'esprit, et les tendances de l'esprit s'opposent à la chair. En effet, il y a là un affrontement qui vous empêche de faire ce que vous voudriez.
Mais en vous laissant conduire par l'Esprit, vous n'êtes plus sujets de la Loi.

 

Evangile : Suivre Jésus sans condition sur la route de la Croix (Lc 9, 51-62)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Comme le temps approchait où Jésus allait être enlevé de ce monde, il prit avec courage la route de Jérusalem.
Il envoya des messagers devant lui ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue.
Mais on refusa de le recevoir, parce qu'il se dirigeait vers Jérusalem.
Devant ce refus, les disciples Jacques et Jean intervinrent : « Seigneur, veux-tu que nous ordonnions que le feu tombe du ciel pour les détruire ? »
Mais Jésus se retourna et les interpella vivement.
Et ils partirent pour un autre village.
En cours de route, un homme dit à Jésus : « Je te suivrai partout où tu iras. »
Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l'homme n'a pas d'endroit où reposer la tête. »
Il dit à un autre : « Suis-moi. » L'homme répondit : « Permets-moi d'aller d'abord enterrer mon père. »
Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, va annoncer le règne de Dieu. »
Un autre encore lui dit : « Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d'abord faire mes adieux aux gens de ma maison. »
Jésus lui répondit : « Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n'est pas fait pour le royaume de Dieu. » 
 Patrick Braud

Par L'homélie du dimanche - Communauté : Communauté spirituelle
Retour à l'accueil

Rechercher

Traduction

Pour traduire ces pages en anglais, en allemand ou autre, cliquez sur:
To translate these pages into English, in German or other, click on:
Um diese Seiten in Englisch, in Deutsch oder anderem zu übersetzen klicken Sie auf:


Traduction en anglais avec Google

Traduction en allemand avec Google

 


Traduction en anglais avec Systran

Traduction en allemand avec Systran

Traduction en espagnol avec Systran

Traduction en italien avec Systran

 

Stats

Free Hit Counter pages vues

[] visiteurs connecté(s)

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recommander

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Nuage de mots-clés

février 2011 décembre 2010 « Laisse faire » : l'étrange libéralisme de Jésus Mercredi des Cendres : 4 raisons de jeûner Contact Liste complète Une puanteur de 4 jours Cuisine Éloge de la mobilité épiphanique septembre 2012 Communauté spirituelle De la baleine au ricin : Jonas, notre jalousie Rémunération en droits d'auteur juin 2012 La patience serait-elle l’arme des forts ? OverBlog février 2010 novembre 2010 Figurez-vous la figure des figures Précédent :Trois raisons de fêter Pâques mai 2011 Effata : la Forteresse vide Une Ascension un peu taquine : le temps de l’autonomie C’est l'outrage et non pas la douleur Flux RSS des articles La limaille et l’aimant Le berger et la porte novembre 2009 Le petit reste d’Israël, ou l’art d’être minoritaires Éléments d’une écologie chrétienne Impossibilités et raretés eucharistiques décembre 2009 Annuaire Du bon usage des leaders et du leadership Partager ce blog Signes extérieurs de religion Embellissons nous la vie Visage exposé, à l'écart, en hauteur avril 2011 La Trinité en actes : le geste de paix La pierre angulaire : bâtir avec les exclus, les rebuts de la société Et si l’Esprit Saint n’existait pas ? gifs et fond de blogs Trinité : au commencement est la relation Musique juin 2010 Nous ne sommes pas une religion du livre, mais du Verbe Une Loi, deux tables, 10 paroles janvier 2011 Êtes-vous plutôt centripètes ou centrifuges ? janvier 2010 Les blogs L'Eglise et la modernité: sel de la terre ou lumière du monde ? Bon foin ne suffit pas C.G.U. octobre 2010 Pour en finir avec les lèpres avril 2010 En joug, et à deux ! Les trois soifs dont Dieu a soif La parresia, ou l’audace de la foi Quel Éli élirez-vous ? mars 2012 juin 2011 mars 2011 Éveiller à d'autres appétits septembre 2010 août 2010 Croire ou agir ? La foi ou les œuvres ? mars 2010 Parlez-moi d'amour, redites-moi des choses dures Soyez toujours prêts à rendre compte de l'espérance qui est en vous juillet 2010 Comment annoncer l'espérance de Pâques ? partage Un roi pour les pires mai 2010 Multiplication des pains : une catéchèse d’ivoire over-blog.com La liberté de partir ou de rester La Résurrection est un passif Une recette cocktail pour nos alliances Avec Job, faire face à l'excès du mal juillet 2011 Une Église de brancardiers, qui accepte de se faire remonter les bretelles Le pourquoi et le comment L'inquiétude et la curiosité d'Hérode Traverser la dépression : le chemin d'Elie liste complète BLOGS, en parler ... L’Assomption de Marie : une femme entre en Résistance Quand Dieu appelle Je suis ce que je mange Ce n'est pas le savoir qui sauve Rousseur et cécité : la divine embauche ! Hi Tech Béatification de Karol Wojtyla : trois acquis de Jean-Paul II Manquez, venez, quittez, servez La paix soit avec vous Articles les plus commentés
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés